Publié le 22 Septembre 2014

 

Gâteau aux pommes moelleux
  • 6 pommes
  • 100 g de farine
  • 100 g de sucre
  • 100 g de beurre fondu
  • 3 oeufs
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • beurre pour le moule
  • 1 pincée de sel

Préparation

Préchauffez le four th.6 (180°C).

2

Pelez et coupez les pommes en dés.

3

Dans une jatte, battez les oeufs et le sucre, ajoutez le beurre fondu, la farine, la levure et le sel.

4

Lorsque la pâte est prête, ajoutez les morceaux de pommes et mélangez-les à la pâte.

5

Beurrez un moule et déposez-y la préparation.

6

Enfournez pendant 30 min.

7

Bon appétit !


 

Voir les commentaires

Rédigé par Jojo

Publié le 22 Septembre 2014

Publié le 22 Septembre 2014

on lavait dans ce baquet

Les lavoirs sont d'abord utilisés pour laver et rincer le linge, puis par la suite, uniquement pour le rincer après l'avoir lavé àdomicile.

La lessive est réalisée, pour le petit linge, une fois par semaine, la plupart du temps par la mère de famille. Par contre, les laveuses, employées par les fermes et les familles les plus riches, fréquentent les lavoirs tous les jours.

Une à deux fois par an, au printemps et à l'automne, selon les communes, un rituel a lieu au cours duquel les draps de tous les habitants sont lavés le même jour.

L'utilisation des lavoirs a été progressivement abandonnée au XXème siècle.
Le lavoir a laissé la place à la machine à laver, bien plus pratique à partir de 1950.
Désormais dans les lavoirs désertés, il n'y a plus que le bruit de l'eau. Elle chantonne dans le volume, sans plus jamais être tressé de voix et de regards, elle court de bac en bac, limpide, et n'emporte plus de traîné savonneuse

Une lavandière, mot ancien pour désigner une blanchisseuse, ou une buandière, terme plus rare et plus vieux encore était une femme dont le métier était de laver le linge à la main. Quand la machine est arrivée le locale pour laver le linge c'est appelé la buanderie.

L'image de ces femmes a souvent étéembellie. Leur condition sociale et matérielle était dans la plupart des cas difficile : les femmes devaient, tout en lavant, s'occuper de leurs plus jeunes enfants, leurs mains étaient très souvent abîmées pour avoir trempé trop longtemps et trop fréquemment dans l'eau bouillante ou au contraire dans l'eau parfois glacée des lavoirs. Le travail était dur en hiver

Coiffées de leur bonnet, les blanchisseuses souvent relevaient très haut leur jupe et, afin d'avoir les bras libres, n'enfilaient pas les manches de la robe qu'elles attachaient sur le devant au niveau de la poitrine. Ainsi parées, le travail pouvait commencer.

D'abord, elles mouillaient le linge qu'elles déposaient par petits tas à coté d?elles, puis elles savonnaient les différentes pièces avec du savon de Marseille puis elles frottaient. Pour bien faire sortir toute la crasse des vêtements, elles les battaient sur les pierres ou sur le bord du lavoir, elles les tordaient. Tout cela se faisait dans la bonne humeur, les bavardages (car elles étaient plusieurs à se retrouver au bord de la rivière) et les chants pour se donner de l'ardeur au travail.

Comme pour la lessive, un jour de la semaine était réservé au repassage. Elles étaient très méticuleuses et prenaient bien garde de ne perdre aucune pièce du linge dont elles avaient la responsabilité. Il ne faut pas oublier qu?au bord de la Loire il y avait pas mal de lavandières.

La lavandière commençait par faire tremper son linge dans l'eau. La plupart du temps, il subissait un premier savonnage. Puis il était entassé dans un cuvier, en commençant par le linge fin. Le tout était recouvert d'une grosse toile nommée
cendrier, ou charrier, sur laquelle on étalait une couche de cendres, c?était l? essengeage.

Le coulage se faisait le deuxième jour. Dans un chaudron, suspendu à une crémaillère dans la cheminée, de l?eau était mise à chauffer. La « lessiveuse » prélevait d?abord de l?eau tiède et la versait dans la cuve de bois pour ne pas cuire les tâches puis de l?eau bouillante qu?elle répartissait sur les cendres. Le mélange cendres, savon et eau ressemblait à l?eau de javel. La lessive s'écoulait par un trou ménagé à la partie inférieure du cuvier.

Commercialisée vers 1870 et surtout vers 1880, atteignant les campagnes vers 1900,la lessiveuse à champignon fut longtemps considérée comme l?ultime progrès en matière de lessive.Il s?agissait d?une grande marmite qui servait autrefois à faire bouillir le linge. Au fond d'une lessiveuse se trouve un double-fond. De ce double-fond remonte une cheminée avec, au bout, un pommeau qui arrose le linge d'eau bouillante. L'eau redescend en traversant le linge et retombe au fond pour remonte à nouveau.



Le troisième jour la lavandière lavait son linge à l'eau courante.

autrefois le lavage
autrefois le lavage
autrefois le lavage
autrefois le lavage
autrefois le lavage
autrefois le lavage
autrefois le lavage
autrefois le lavage
autrefois le lavage

Voir les commentaires

Rédigé par Jojo

Publié le 21 Septembre 2014

Voir les commentaires

Rédigé par Jojo

Publié le 21 Septembre 2014

Zorro (mot qui signifie « renard » en espagnol) est un personnage de fiction créé en 1919 par Johnston McCulley : c'est un justicier masqué vêtu de noir qui combat l'injustice en Californie espagnole au xixe siècle. Ce personnage a inspiré des romans, des bandes dessinées, des films, des séries télévisées, des dessins animés, des jeux et d'autres héros masqués tels que Batmanchez DC Comics (du propre aveu de ses créateurs, le dessinateur Bob Kane et le scénariste Bill Finger)[réf. nécessaire] ou El Aguilachez Marvel Comics.

L'auteur s'est lui-même inspiré du Mouron rouge (The Scarlet Pimpernel), personnage de justicier anglais sous la Révolution française, créé par la baronne Emma Orczy, sous la forme d'une pièce en 1903, puis d'un roman en 1905, avec une première édition française en 1913.le samedi et le dimanche mon mari regarde

plein de souvenirs et vous

Voir les commentaires

Rédigé par Jojo

Publié le 21 Septembre 2014


Préparation de la recette :

1- Etaler la pâte dans une tourtière et la piquer.



2- Disposer les tranches de fromage ou le gruyère sur le fond de la pâte.



3- Faire fondre le beurre et l'oignon haché ensemble.



4- Battre les oeufs, la crème fraiche et le lait ensemble. Ajouter les herbes, le sel et lepoivre.



5- Verser la moitié de ce mélange sur le fromage dans la tourtière et étaler les tranches de saumon fumé.



6- Disposer sur le saumon fumé l'oignon et le beurre fondu (mais pas roussi!!) et recouvrir du reste de mélange oeufs-crème.



Mettre dans le four préchauffé TH7/8 pendant environ 25-30 minutes

Voir les commentaires

Rédigé par Jojo