Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Atelier de Jojo

L'Atelier de Jojo

Menu
de ginette

de ginette

Ah! les gamins......!!!!!!......
> > > > > Un petit garçon est venu passer la journée chez son grand-père. Après déjeuner, celui-ci s'installe dans son fauteuil et allume sa pipe. Alors le gosse s'approche et lui demande :
> > > > > Papy ! Prête-moi ta pipe.
> > > > > -Non, ce n'est pas pour les enfants.
> > > > > -Papy, s'il te plaît, prête moi ta pipe.
> > > > > -Non, les enfants ne fument pas.
> > > > > -Mais je ne fumerai pas, je te le jure. C'est juste pour la tenir.
> > > > > -Tu me promets ? Bon, alors la voilà, fais-y attention...
> > > > > Le petit garçon prend la pipe, la jette par terre, et l'écrase à coups de talon. Stupéfait le grand-père crie :
> > > > > -Mais qu'est-ce qui te prend ? Pourquoi as-tu fait ça, petit galopin ?
> > > > > Et le gosse
répond :
> > > > > -Parce que papa dit toujours : " Quand le pépé cassera sa pipe, je t'achèterai un ordinateur et on s'achètera une belle voiture ! ".

> >

> > Faites des gosses......!!!!!

> >

Une vieille petite dame marche sur le trottoir tirant deux sacs poubelle. Tout à coup, un des sacs se déchire et laisse sortir des billets de 5 euros…

Remarquant cela, un policier l’arrête et lui dit :
– Madame, il y a des billets de 5 euros qui sortent de votre sac.

– oh vraiment ? Je dois retourner et voir si je peux retrouver les autres que j’ai perdus. Merci de me l’avoir signalé, dit la vieille dame.

– Un instant, madame pas si vite, dit le policier. D’où vient cet argent ?

– oh non ! répond la petite vieille. Ma cour arrière est près d’un stade de football et durant les parties, quelques fans viennent pisser à travers la clôture de mon jardin de fleurs.
Alors ce que je fais, je me tiens près de la clôture avec une paire de sécateurs et à chaque fois qu’un gars sort son attirail pour pisser, je lui dis que «c’est 5 euros ou je la coupe».”

Le policier ajoute en riant :
– C’est bien normal, et lui souhaite bonne chance.

Mais avant de continuer son chemin il lui demande :
– Et dans l’autre sac qu’est ce qu’il y a ?

– Vous savez, dit la petite vieille, tout le monde ne paie pas…!!!

intrigué par « Le Jardin des délices » qui est en fait le bordel de la ville, un petit garçon demande à son père :
– Papa, c’est quoi « Le Jardin des délices » ?
– Heu… C’est une crêperie ! Mais comme elle est très chère, c’est pour les grandes personnes.

Le lendemain, en douce, le petit garçon casse sa tirelire et va sonner à la porte du « Jardin des délices ».
– Qu’est-ce que tu veux, mon petit bonhomme ? lui demandent ces dames.
– On m’a dit que vous faites de bonnes crêpes. J’ai des sous, je peux payer !

Attendries, elles l’installent dans un petit salon et courent à la cuisine lui faire des crêpes.

Le soir, le petit garçon dit à son père :
– Tu sais, papa, je suis allé au « Jardin des délices ».
– Quoi ? tu as fait ça ?
– Oui. Je m’en suis tapé quatre. La première était un peu mollassonne, mais la deuxième et la troisième étaient vraiment bonnes, chaudes et tout ! La quatrième, ça commençait à faire beaucoup, j’ai pas réussi à finir…

Le Parrain de la Mafia américaine, découvre qu’il y a dans la « famille » un traître qui a détourné 100 000 $. Fou de rage, il charge son adjoint Luigi de découvrir le coupable.

Deux jours plus tard, Luigi a trouvé le coupable. C’est Gaetano, le sourd-muet. Comme Luigi est le seul qui puisse communiquer avec lui par le langage des gestes, le Parrain lui demande de servir d’interprète.

– Comment as-tu pu me trahir, moi, ton parrain ! Traduis, Luigi.

Luigi traduit, et Gaetano baisse la tête piteusement.

– Maintenant, tu vas me rendre l’argent que tu m’as volé (poursuit le parrain). Traduis, Luigi.

Luigi traduit, mais Gaetano secoue la tête négativement.

– Si tu ne me rends pas l’argent, je te fais découper en rondelles ! (Hurle Le Parrain, fou de rage). Traduis, Luigi.

Luigi traduit, et Gaetano comprend que Le Parrain ne plaisante pas. Terrifié, il répond par gestes :
– Les 100 000 dollars sont cachés dans une enveloppe, sous le lit de la chambre 26 de l’hôtel San Lucia, à Brooklin.

– Alors ? Qu’est-ce qu’il a dit ? demande le parrain.

Luigi hésite un moment puis répond :

– Il a dit que vous étiez trop trouillard pour mettre votre menace à exécution, parrain.

C’est un homme qui rentre dans un bar, s’appuie sur le zinc, interpelle le barman et lui dit :
– Garçon, un whisky avant que ça recommence !

Le garçon un poil surpris lui sert son whisky et retourne vaquer à ses occupations.

Deux minutes plus tard, le même bonhomme redit :
– Garçon, un whisky avant que ça recommence !

Et ceci dure pendant plus d’une demi heure (ce qui doit faire approximativement 15 whiskys mais là n’est pas la question !).

Au bout d’une demi-heure le même homme dit toujours au Barman :
– Garçon, un whisky avant que ça recommence !

La dessus la femme du bonhomme arrive et lui dit :
– Bon, tu crois pas que tu as assez bu maintenant ?

Le gars se retourne alors vers le Barman et lui dit :
– Ça y est, ça recommence !