Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chaque jour vous trouvez des tutos a realiser du monde entier. Je remercie chacune d'entre vous pour vos visites et les autres pour leurs gentils commentaires déposés.

A vos trousseaux !

En Europe, au XIXème siècle (et jusqu'à la fin des années 50), savoir broder était gage de bonne éducation chez les jeunes filles. Les pauvres brodaient pour gagner quelques sous. Les bourgeoises et les aristocrates maniaient l'aiguille comme passe-temps.

 

   Loin des conditions d'hygiène actuelle où l'on se change tous les jours, au XIXème siècle, se changer de vêtements de corps tous les 8 jours est considéré comme fréquent. Cela nécessite ainsi quantité de linge de maison pour tenir jusqu'à la prochaine grande lessive, en général deux fois par an, lorsque la météo devient plus clémente. Point de machine à laver, donc la grande lessive a lieu à la rivière ou au lavoir parmi les lavandières de métier et les bonnes des familles aisées. Le grande lessive du printemps porte bien son nom, puisque la saison est favorable : l'eau n'est plus gelée et le linge peut sécher facilement dehors plutôt qu'à la chaleur des cheminées qui servent à chauffer les petites maisonnées. Par ailleurs, aux autres saisons, nombre de femmes sont occupées aux autres travaux domestiques et agricoles.

 
 Il faut ainsi pouvoir reconnaître aisément le linge de chacune au moment de ces grandes lessives. Voici donc l'apparition du linge dit "marqué", brodé aux initiales de la fiancée, ou des deux futurs époux si les fiançailles sont longues.

Linge ancien, serviettes de table, monogrammes, broderies, dentelles, damas, lin et soie, fil de lin, lin, linon, batiste, ourlets main, services de table, nappes, torchons, trousseaux, linge ancien brodé, couvertures, boutis, piqué de Provence, piqué de Marseille, rideaux, tentures, toile de jouy, coutil, toile à matelas, créations, couture, patchwork, abécédaires, objets de charme, mercerie ancienne, dentelle de Calais, dentelle de Valenciennes, dentelle de Chantilly, dentelle de Bruges, point d Irlande, macramé, point de bourdon, point de croix, plis plats, boutons de nacre, bavoirs, bébé, robe de baptême, jupons, chemises, échevaux, fil de soie, fil à coudre, garnitures, pampilles, pompons, jupons, chemises, chemisiers, chemise de nuit, caches corsets, napperons, chemin de table, jours, jours Venise, jours croisés, jour Cilaos, draps, draps brodés, drap de visite, taies, serviettes de toilette, tulle, chapeaux, voilette, garnitures chapeaux, couvre épaule, capes, capelines, Charlotte, blanc, coutil, XIXe, Louis XVI, Napoléon III, Richelieu, Renaissance, garance, indigo, indienne, chantung, brocart, boutons, nacre, tissus anciens, créations, culottes à volants, cotillons, caracos, chemises de cérémonie, chemises d homme, plastrons, manchettes, gilets, étole, franges, mercerie ancienne, rubans, satin, velours, objets de charme, couronne, courte-pointe, comte, comtesse, antiquités, monogrammes, monogramme, décoration de charme, déco de charme, deco de charme, decoration de charme, décoration maison de charme, maison de charme, boutique déco, Boutique en ligne déco, boutique de déco de charme, style gustavien, déco gustavien, gris gustavien, pampille, pampilles, maison de famille, style shabby chic, déco zinc, brocante, linge ancien, dentelle, toile de jouy, coussins de porte, coussins de sol, bougies parfumées, cosmétiques naturels, huiles essentielles, savons, idées cadeaux, créations textiles, marques créateurs, parfums d intérieurs, brumes d oreillers, guirlandes lumineuses, parfums d intérieur, serviettes anciennes, draps anciens, draps monogrammés, serviettes monogrammées, brocante de charme, broderie, décoration campagne, liberty, toile à matelas, damassé ancien, chiffres et monogrammes, ecommerce, open source, shop, online shopping

 

   Par ailleurs, les chiffres servent à apparier et à numéroter les draps. Chaque paire est composée de son drap de dessous et de son drap de dessus. Les draps du trousseau sont assemblés deux par deux. Les numéroter permet de les faire tourner. On gère ainsi l'usure mais on comptabilise aussi le linge, qui coûte très cher.

 

 

La jeune fille commence avec les marquoirs.

 Toute jeune femme de bonne éducation doit savoir broder à la perfection. Elle commence son apprentissage à l'école avec les "marquoirs", morceaux d'étoffe sur lesquels elle brode au "point de marque" (l'ancien nom de l'actuel "point compté") les lettres de l’alphabet et les chiffres.http://brodeuse92.free.fr/index.php?2008/02/20/87-le-marquoir-aux-roses-de-mariperles

Elle y marque également son nom, prénom et année de réalisation. Un bon exercice d'écriture, de calcul, et d'apprentissage de son rôle de maîtresse de maison. Il servira de référence, lorsqu'une fois mariée, elle souhaitera agrandir ou renouveler son trousseau. La réalisation du trousseau était également un acte symbolique. En déposant des lettres de couleur "rouge sang" sur le tissu, l'écolière alors âgée d'une douzaine d'années, inaugurait le passage dans sa vie de femme. Marquoir les Gnomeshttp://cnehlig.free.fr/cadeaux.html

 

En outre, la marque est toujours réalisée en rouge car cette couleur résiste bien aux nombreux lavages.

Puis vient le temps de préparer son trousseau. Le trousseau est réalisé avec l'aide de la mère. Cela prend du temps, une dizaine d'années environ, après la communion de la fillette ou après avoir quitté l'école. 
Le terme trousseau vient du vieux français "trousser" qui signifie "mettre en paquet". Le trousseau était donc le "paquet de linge" que la jeune fille emportait en quittant ses parents pour se marier.


Sa composition est très précise.

 Linge de maison : 
18 paires de draps 
30 taies d'oreillers 
2 douzaines de tabliers 
8 douzaines de torchons 
4 douzaines de serviettes de toilettes 
5 douzaines de serviettes de table 
5 nappes

Linge de corps : 
24 chemises 
12 pantalons 
2 combinaisons 
8 cache corsets 
8 jupons 
2 matinées 
48 mouchoirs 
18 paires de bas.

 

Un code bien établiMarquoir_ancien_camille_julien_1897_photohttp://horizonsnuances.canalblog.com/archives/2013/05/20/27199452.html

Chiffrer ou marquer le linge consiste donc à y broder ses initiales.http://soedidee.blogspot.nl/search/label/1905%20SAL

   Le linge de corps se marque, pour l'homme, aux initiales de son prénom et de son nom, et pour la femme, aux initiales de son prénom et du nom de son mari. 
Le linge de maison se marque aux initiales des 2 noms de famille, le nom de l'homme étant placé en premier.

   Lorsque ces initiales sont petites, on parle de "marques". Lorsqu'elles sont grandes et décoratives, on parle de "chiffres". Le marquage du linge répond à un code plutôt rigoureux et normalisé. Les initiales se placent d'une certaine façon et doivent avoir une certaine taille selon la pièce à broder.
- Draps : au-dessus du plus large ourlet, centrées, à 15 ou 25 cm du bord. 
- Taies d'oreiller : assorties au drap mais plus petites. Pour un lit d'une personne, centrée, à 15 ou 20 cm du sommet. Pour un lit de 2 personnes, au coin à droite ou à gauche de la taie, afin de se retrouver de part et d'autre du lit. 
- Nappes : au centre, dans le sens de la largeur, peuvent être placées tête bêche. 
- Serviettes de table : assorties à la nappe, au centre ou dans l'angle. 
- Nappes et serviettes à thé : au centre ou dans l'angle 
- Serviettes de toilette : à l'angle ou au centre de l'ourlet. 
- Mouchoirs : à l'angle.

   Il est de bon ton (selon les règles édictées par la bourgeoisie de l'époque) de broder les mouchoirs avec des lettres de 12 mm de hauteur. Pour le linge de corps, on admet 16 mm. Sur le linge de maison, 23 mm semblent convenables, mais oreillers, draps et nappes peuvent être ornés de lettres mesurant de 43 à 90 mm de hauteur.

http://gaelys.over-blog.com/categorie-11468902.html

 

 

L'évolution des lettres brodées suit aussi l'évolution de la typographie

   Si le marquage est purement utilitaire, la broderie quant à elle est un raffinement ornemental. Elle est souvent réalisée "blanc sur blanc" pour la lingerie. Elle témoigne d'une condition sociale aisée. On montre ainsi que l'on a fortune et loisirs permettant d'occuper son temps à embellir le linge.

   Au XIXème siècle, on marque le linge avec des lettres romaines et gothiques. Puis jugeant ces caractères trop limités, les brodeuses en inventent d'autres, plus ornés, plus imposants, réalisés à partir de planches de modèles. Les monogrammes composés des initiales enlacées des futurs époux s'enrichissent de modèles de lettres d'alphabets en écriture gothique, anglaise, romaine, ou bien fantaisie (caractères "chinois", bambou, Art Nouveau).

   On peut arriver ainsi à dater le linge en fonction du type de lettres utilisées selon les modes de l'époque et des arrivées de nouvelles typographies marquant le développement de la presse dans la vie quotidienne (exemple avec les lettres à l'égyptienne qui se terminent avec un empâtement triangulaire pour faciliter la lecture).

Faisons revivre ce patrimoine !

   Les monogrammes font partie des richesses de notre patrimoine. Une façon originale de ne pas les oublier et de rendre hommage au travail de nos aïeules est d'utiliser le linge ancien dans notre quotidien, les grandes occasions, de le revisiter au travers de créations textiles qui les mettent en valeur.

et son blog sublime

http://zaza4.canalblog.com/archives/2014/01/03/28832172.html

 


j espere que l histoire vous a ravi
biz jojo


Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Super article, retrouvez l'original ici : http://www.aimablesuzanne.fr et ici : http://linge-ancien.net
Répondre
B
<br /> Bonjour Jojo. Merci beaucoup !!! j'ai vraiment apprécié ton article. Très intéressant ce brin de culture ; très enrichissant.<br /> <br /> <br /> Bonne fin de semaine<br /> <br /> <br /> et à bientôt peut être. Bises.<br /> <br /> <br /> Michèle J.<br />
Répondre
P
<br /> merci pour toutes ces infos, j'ai aimé lire cet article et j'aime aussi les beaux abécédaires anciens, j'ai moi aussi fait un abécédaire à l'école et pourtant je ne suis pas un dinosaure comme<br /> disent les enfants <br />
Répondre
D
<br /> Un régal ma belle. Merci. GRos bisous<br />
Répondre
K
<br /> j'ai adoré cet article sur le linge ancien<br /> <br /> <br /> et toute ses subtilités<br /> <br /> <br /> merci pour ce partage bien enrichissant<br /> <br /> <br /> bises<br />
Répondre
L
<br /> Bien interessant comme article, je ne sais si cela vient de mon ordi mais la 2 ème partie ressort tout en rose clair à partir de composition  et je n'arrive pas à lire le reste<br /> <br /> <br /> le marquoir de la brodeuse me plait beaucoup, je vais faire un tour chez Mr Grandsire<br /> <br /> <br /> et oui de nos jours c'est ringard un trousseau et broder alors n'en parlons pas<br /> <br /> <br /> le thé vient d'etre bu avec miam miam de bonnes crêpes, ce soir on remet cela avec galettes de sarrasin et encore des sucrées slurp !!!<br /> <br /> <br /> bonne fin de dimanche<br />
Répondre
C
<br /> J'ai adoré, vraiment très intéressant. Un seul bémol : sur le fond bleu, l'écriture apparait peu et c'est assez fastidieux à lire...dommage pour nos yeux si on décidait éventuellement de se<br /> mettre à faire le trousseau.... hihihih<br /> <br /> <br /> Merci bcp en tout cas !!!<br />
Répondre
C
<br /> somptueux et magnifique ! bisous cath<br />
Répondre
M
<br /> Merci Jojo pour toutes ces explications, c'est vraiment très interressantma mère et ma tante étaient de fines<br /> brodeuses, et moi j'adore ça!!! Et je ne suis pas la seule!!! la broderie sous toutes ses formes revient en force, et, c'est tant mieux!!!<br /> <br /> <br />     Je te souhaite un bon dimanche<br /> <br /> <br />                 Bisous. Marie<br />
Répondre